Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2008 6 26 /04 /avril /2008 10:54

 

L’Appel aux Européens circula durant la fin de 1914 mais il fallut attendre 1917 pour qu’il soit réellement publié, au sein d’un ouvrage de Nicolai titré Die Biologie des Krieges. Il faut savoir que toutes les publications allemandes sorties durant le conflit étaient strictement corsetées par la censure officielle. Seuls peut-être réussirent à voir le jour certains articles parus dans la revue expressionniste "Die Aktion", l’une des rares revues d’opposition, cela surtout grâce à l’habile stratégie de son rédacteur en chef Franz Pfemfert. On a du mal aujourd’hui à saisir le courage qu’il fallut à Nicolai pour oser publier ce texte, et l’on ne mesure plus très bien – d’ailleurs, qui s’en souvient ! - des difficultés que ce genre d’entreprise entraînaient. A peine le livre de Nicolai fut-il imprimé en Allemagne que la police mit la main sur les stocks et arrêta l’imprimeur. Malgré cela, l’opération ne pu empêcher à plusieurs exemplaires du manuscrit d’être mis en circulation. Ce fut l’opposant Leonhard Frank, un poète expressionniste qui traversa à ses risques et périls la frontière Suisse, qui offrit  le manuscrit aux éditions zurichoises neutres Orell Füssli, ce qui facilita quelque peu la diffusion du texte. Dans son édition suisse, Die Biologie des Krieges fit immédiatement sensation, et la première édition fut épuisée avant même que Nicolai ne put en recevoir un exemplaire. Dans les salons antimilitaristes d’Europe, le livre fit un tabac et très vite se succédèrent les traductions danoises, suédoises et anglaises. Le grand pacifiste français Romain Rolland, à l’époque en exil en Suisse, avait surnommé Nicolai "Le Grand Européen", c’est d’ailleurs lui qui rédigea la préface de la seconde édition.

Partager cet article

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Histoire allemande
commenter cet article

commentaires

David Vandermeulen 25/11/2008 12:48

Merci pour le lien, c'est assez rigolo. Ces anglo-saxons savent être magnifiques quand ils veulent.
Je ne sais pas si l'histoire de la bombe atomique est un sujet plus facile que Haber, en tout cas de mon point de vue d'auteur, ça ne l'est pas du tout. J'avoue n'avoir aucun flair pour ce genre de choses, je ne sais vraiment pas si ce thème peut être porteur économiquement, ce sont des types de questionnements qui me dépassent un peu, à vrai dire.
Je comprends votre sentiment lorsque vous dites que mon travail ne s'inscrit pas dans la bande dessinée, et j'entrevois la gentillesse qui peut se cacher derrière une telle appréciation, mais j'ai vraiment envie de vous contredire : c'est selon moi, tout au contraire, de la pure bande dessinée, et j'ose croire que dans le futur le médium se tournera et s'entremêlera de façon encore plus forte dans le champ des sciences humaines (laissons l'Art où il est, ça ne pourra que nous fâcher). Il m'arrive de développer ce type de souhait parfois : que "Fritz Haber" soit envisagé dans une trentaine d'années comme une oeuvre simpliste et naïve... Je veux dire par là que je récolte beaucoup de témoignages qui me répètent à quel point ma bande dessinée fait peur, par ses allures arty et ses thèmes pointus ; je suis certain que dans plusieurs années, on s'étonnera de ce type de réception, car selon moi la bande dessinée tend à se développer vers le spécifique et le complexe. La bande dessinée est pour moi la discipline qui a le plus bel avenir devant elle.
Enfin, nous en reparlerons dans 30 ans...
Merci à vous

Newtoon 23/11/2008 20:42

Très très intéressant pour celui qui, comme moi, s'intéresse aux fondamentaux biologiques et évolutionnistes de la guerre.

Merci donc pour ce billet ainsi que celui sur le livre "Les héros" (que j'ai chez mes parents mais que je n'avais pas lu ! ! ).

Je suis aussi allé creuser ce que disait JJ Salomon. Vous devriez vraiment faire cette BD sur la naissance de la bombe Atomique.
Un aspect "croustillant" pour vous : http://seedmagazine.com/news/2006/03/getting_physical.php


J'espère de tout coeur que vous le ferez car c'est un sujet génial (et par ailleurs, avouons-le, plus "marketing" et "alimentaire" que Haber !).

J'avoue que votre travail me fait penser à tout sauf à une "BD" dans le sens que je lui connais. C'est plutôt un essai (philo)-oeuvre-d-art qui a choisi la forme de la BD.

Un vrai bravo !