Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 09:25

Johnston.jpegComme le disait très bien en 1991 déjà, à peine remis du Bicentenaire de la Révolution française, le germaniste américain et spécialiste de l’histoire viennoise William M. Johnston : « Un spectre hante l’Europe : la commémoration ».

Près de vingt ans après avoir lu le livre de Johnston, la mode des commémorations me poursuit désormais de ses hasards. Je n’imaginais pas, en effet, lorsque je me suis décidé à travailler sur Fritz Haber vers les années 1999, que ce chantier me mènerait jusqu’ici et me ferait bientôt traverser la commémoration du centenaire de la naissance de la guerre chimique, qui aura lieu le 22 avril 2015. De même, Ambre et moi, n’imaginions pas que notre troisième tome consacré à Luther et à la révolte anabaptiste, planifié pour l’année 2017, serait publié l’année-même qui commémorera les 500 ans du protestantisme (Les thèses de Luther, placardées sur la porte de l’église du château de Wittenberg en 1517 sont considérées comme l’acte fondateur de la Réforme). La même ironie du sort s’est jouée lors de la parution du Chamisso, puisque cette bande dessinée a paru ce mois de mars 2014, alors qu’Adelbert von Chamisso, en mars 1814, y a tout juste 200 ans, s’attelait à l’écriture de ce qui allait devenir son chef-d’œuvre et l’un des textes les plus emblématiques de la culture allemande : le conte romantique Peter Schlemihl, l’homme qui a perdu son ombre.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article

commentaires