Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 09:55

En vieux polonais, son nom, Wrócisław, signifiait : « celui qui reviendra glorieux ». Si l’on se penche sur le destin de cette ville, c’est en effet ce que l’on peut appeler un nom de baptême aux étonnantes puissances performatives. Car la naissance de la Pologne est trouble, et Wrocław n’a cessé d’être sous la coupe de différents états et royaumes. Wrocław ne fut, en fin de compte, que très peu polonaise. Ce n’est qu’il y a très peu de temps que cette vieille nation a eu, elle aussi, l’opportunité de se sentir enfin polonaise. La naissance de la Pologne se fonde donc sur une légende qui, comme beaucoup d’autres légendes, singe les grands récits – c’est du moins l’intérêt que je porte à la philologie qui m’a toujours fait voir les choses sous cet angle. La légende originelle de la Pologne me rappelle furieusement un passage de la Genèse, qui raconte l’histoire des trois fils de Noé – Sem, Cham et Japhet – qui s’étaient séparés en trois directions distinctes afin de se partager le monde. Pour résumer l’histoire et ses conséquences grossièrement, on dira que Sem devint le père des Sémites, Hébreux et Arabes ; Cham, celui des peuples noirs ; et Japhet, celui de l’héritage grec, des Européens. On évalue généralement la naissance de la nation Polonaise aux alentours de l’an Mille, date vers laquelle le christianisme s’imposa dans la région. La Chronique de la Grande Pologne, premier texte anonyme connu abordant la naissance de la Pologne, a, chose amusante, été écrite (probablement à Poznań), en 1295, en plein essor du christianisme. Ce texte rappelle l’histoire de trois frères, Rus, Czech et Lech, qui, comme les fils de Noé, ont également cherché des endroits différents afin que chacun d’entre eux se trouve une place dans le monde. Comme dans la Genèse, cette légende suggère que les peuples du monde bénéficient d’une ascendance commune, à cette particularité près que, dans le cas qui nous occupe, les peuples du monde se résument aux seuls peuples slaves : Rus ira vers l’Est et s’installera en Ruthénie, forgeant ainsi les peuples russes et ukrainiens ; Czech ira vers le sud et donnera naissance à la Tchéquie ; tandis que Lech choisira l’ouest, trouvant une clairière où il aperçut le nid d’un aigle blanc. Il baptisa le lieu Gniezno, ce qui veut dire nid, et y établit son peuple, appelé les « habitants des champs », ce que, d’un point de vue étymologique, polonais veut dire.

237.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Histoire allemande
commenter cet article

commentaires