Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 10:33
Snob.jpg

Fêter la sortie de mon livre dans la plus élégante des librairies de Belgique en buvant un verre avec quelques amis et en conviant le chasseur de dédicace à ranger son livre d’or dans son sac en plastique XIII et à reprendre un peu de chipitos et de vin rouge, n’est-ce pas là une définition du bonheur ? Mais très certainement ! ça se passera à Tropismes l’appartement, ce vendredi 23 de 18H à 20H.

J'ai créé une page AGENDA qui comme son nom l'indique, sera consacrée au petits évènements liés au livre (il ne sera pas surbooké, c'est sûr).
Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 15:22
Trotha.jpg




Le second tome de Fritz Haber s’ouvre avec la citation d’un beau salopard, j’ai nommé le général Adrian Dietrich Lothar von Trotha. Trotha (1848 - 1920) fut général des forces coloniales allemandes en Afrique de 1896 à 1908. Habitué des campagnes « musclées », von Trotha était systématiquement l’homme que Berlin envoyait lorsqu’un problème venait à se déclarer dans les colonies. Il fit ses armes en 1896 dans les colonies allemandes d’Afrique de l’Est, en compagnie du terrible Carl Peters, pour y dompter la révolte des Hehes et des Maji-Maji (plus de 120.000 morts). Puis en 1900, en Chine, il fut envoyé pour soutenir le général von Waldersee lors de la révolte des Boxers. Le 11 juin 1904, von Trotha fut envoyé avec 3.500 soldats (6.000 autres suivront plus tard) à Swakopmund, dans le Sud-Ouest africain pour mater la révolte herero. Il y fut très efficace puisque seulement un peu plus de 10 % de la population herero survécut à sa politique…
Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Biographies
commenter cet article
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 10:02
2007-03-143.jpgL'une de mes façons de procéder : 1ère étape, dessin à la plume sur papier
2007-03-136.jpg2ème étape, mouillage du papier, dissipation du trait

Les bandes dessinées réalisées en couleurs directes, si elles offrent une lisibilité moins efficace que les récits réalisés en « ligne claire », sont néanmoins de plus en plus nombreuses, et commencent, pour parler comme le spécialiste, bon gré mal gré, à timidement se créer une niche dans le marché. Mon option de proposer un récit résolument lent, qui opte pour des cassures de rythme assumées, une pesanteur générale et même des invitations à la méditation, s’inscrit en creux d’une production générale qui pense avant tout à son lecteur, qui ne jure que par l’éternelle recherche de l’effet, la rapidité de la lecture ou l’efficacité pour elle-même. Une technique aquarellée, qui n’offre pas directement aux images son sens premier, était donc un parti assez naturel.
112.jpg3ème et dernière étape, travail de l'original à l'ordinateur
Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans De la création
commenter cet article
16 novembre 2007 5 16 /11 /novembre /2007 07:30
Russel-HistoireId--esXIXe.jpgJ’aime beaucoup Bertrand Russel, et notamment son très drôle et intelligent Science & Religion, un texte que l’on n’apprend pas à l’école, malheureusement (je pense d’ailleurs que ce titre est indisponible depuis de nombreuses années). Dans sa somme Histoire des idées au XIXe siècle (ne cherchez pas non plus, c’est également épuisé), Russel, bien plus clément que Hannah Arendt, analyse l’histoire coloniale allemande : « Pendant la Grande Guerre, on prit l’habitude de citer la campagne Herrero [sic] comme une preuve de la cruauté de la politique coloniale allemande. Pourtant la politique générale des Allemands […] était exactement la même que celle des Britanniques dans le Matabéléland [région du sud-ouest du Zimbabwe]. Le Général von Trotha fut exagérément féroce ; mais ne fut pas soutenu par la métropole et dut donner sa démission. Avant la guerre, certaines autorités compétentes admiraient les tentatives de colonisations en Afrique. Comme conséquence de la guerre, l’Allemagne perdit toutes ses possessions en Afrique, soit plus de 260.000.000 d’hectares ».
Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Littératures attenantes
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 08:59

Herreromassacre.jpgLe tome 2 s’ouvre sur le génocide des Hereros. Je ne sais pas si quelqu’un a déjà abordé ce thème dans une bande dessinée. Mais même les ouvrages d’histoire n’en parlent pas beaucoup. Il est frappant de constater à quel point le génocide des Hereros par les forces coloniales allemandes en 1904-1908 reste si peu connu alors que de nombreux historiens s’accordent à considérer ce drame comme le premier génocide du XXe siècle. La littérature d’époque ne s’est guère plus intéressée au sort de ces personnes. Dans une courte notule de la Revue Générale des Sciences pures et appliquées de l’année 1904, on apprend de façon presque hasardeuse qu’« A part la résistance que des Musulmans du Zanguebar avaient en 1889 opposé à sa domination, l’Allemagne n’avait point jusqu’à présent éprouvé de graves difficultés avec ses sujets africains. Cette situation vient d’être profondément modifiée par le soulèvement des Hereros, la principale peuplade de sa colonie du Sud-Ouest africain ». Le drame des Hereros fut pourtant extrêmement grave, à tel point qu’en 2005, certains, comme Tristan Mendès France, assistant parlementaire au Sénat français, ont été jusqu’à qualifier le génocide herero de « première répétition avant l’Holocauste ». Ce génocide réduisit en effet, de 1904 à 1908, près de 80% de la population Herero estimée à 80.000 personnes. L’on y vit aussi, pour l’une des premières fois, l’apparition de camps de concentration, avec des prisonniers subissant de multiples « expériences scientifiques ». Dans la Quinzaine Coloniale du 25 mars 1908, alors que l’insurrection herero était enfin matée par les forces coloniales allemandes, on pouvait lire sous la plume de Camille Martin : « Les nouveaux venus [en Sud-Ouest africain allemand] devront s’habituer à payer eux-mêmes de leur personne, car la main d’œuvre indigène est rare et se dérobe. On estime que les 4/5 des Hereros ont disparus par la mort ou l’émigration. M. de Lindequist a dit à la Commission du budget que, dans les camps de concentration, la mortalité avait été très grande et qu’à Windhuk seulement, elle avait atteint 46% ». Aux populations hereros qui arrivaient à échapper aux camps, ils fallait encore éviter les exactions des colons :« Des colons se livrent à la chasse aux Hereros et les rabattent sur leur domaines, où ils les traitent en esclaves ».

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Histoire allemande
commenter cet article
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 09:06

Huit-cent pages de bande dessinée cela demande de la rigueur, bien sûr, mais aussi et surtout beaucoup d’efficacité dans l’exécution. C’est pour cette raison que l’apport de l’ordinateur dans la réalisation des images et des bandes s’est directement imposée. J'y reviendrai certainement.

 040.jpg

Voici la planche 40 du second tome de Fritz Haber. J’ai choisi cette planche parce qu’elle regroupe sur une seule page les principaux choix et parti-pris esthétiques qui font le caractère de mon récit.
Plusieurs spécificités s’y remarquent d’emblée : le style pictural, sans trait de contour ; la mise en couleur, faites en camaïeux sépia ; une facture picturale particulièrement contrastée ; le remplacement des phylactères traditionnels par une sorte de sous-titres ; l’introduction de cartons récitatifs rappelant le cinéma muet ; l’insertion d’extraits ou de citations littéraires.



Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans De la création
commenter cet article
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 08:50

2007-11-12.jpg

Les exemplaires de tome 2 sont imprimés et prêts à être lu. C’est plutôt une réussite, même s’il existe quelques petits problèmes et défauts par-ci par-là. Mais le livre parfait existe-t-il vraiment ? D’ailleurs, pourquoi faut-il toujours attendre que le livre soit imprimé pour que la dernière coquille apparaisse toujours de façon claquante, alors qu’on a lu et fait relire les épreuves 200 fois ? Restons calme et ne répondons pas à cette bête question, c’est certainement un faux problème qui ne dit pas son nom. Une chose est sûre, la date du 21 novembre est confirmée, c’est ce jour-là que Les Héros seront jetés dans le monde (indifférent ? impitoyable ? unanime ?), inchangé, pour sûr. 

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 08:19
Mécène et homme de culture, le comte Harry Kessler était un ami personnel de Rathenau. En France, on se souvient de lui parce qu’il entretint avec Gide une correspondance (de 1903 à 1933). C’est aussi, certainement, le meilleur biographe de Rathenau. Plus qu’une simple biographie, ce livre a été pour moi un ouvrage fondamental, qui aura pour beaucoup, au même titre que l’Homme sans Qualités que je relisais au même moment, changé ma façon de comprendre le monde. C’est aussi à sa lecture que je me suis décidé à développer mieux le personnage de Rathenau dans ma propre biographie de Haber. Un livre fondamental, donc, et comme souvent, totalement introuvable.

Kessler-Rathenau.jpg
Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Littératures attenantes
commenter cet article
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 08:11
Le véritable moteur de mon travail, la question par laquelle tout est né, c’est la question identitaire. Mon ami Morvandiau va dans les jours qui suivent publier une bande dessinée qui s’est élaborée sur ce même principe. Cela s’appelle D’Algérie, il s’en explique sur son blog. Cliquez sur sa tête, vous verrez. 

Morvandiau-copie-1.jpg
Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article
8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 07:50
On comprendra dès lors ce que représente pour la bande dessinée, art de synthèse par excellence, la somme de toutes les difficultés à prendre en compte pour que puisse se résumer de façon efficace et sérieuse la vie d’un personnage illustre. La vie du Prix Nobel de Chimie Fritz Haber que j’ai choisi de raconter, outre l’évidente approche historique des sciences à laquelle elle conduit, aborde également de nombreux thèmes importants et difficiles, tels que l’éthique scientifique, la judéité, le sionisme, la nationalisme allemand, le trouble moderne de l’identité, l’avènement du capitalisme moderne, etc., etc. Pour toutes ces raisons, et bien d’autres encore, il m’a paru nécessaire, si je désirais donner assez de corps à mon personnage principal, de m’étendre sur plus de 800 pages, format que seule la bande dessinée asiatique proposait jusque là, et de façon générale en noir et blanc.  

Copie-de-CRW-3634.JPG
Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans De la création
commenter cet article