Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 16:54

AFF-FRITZ-HABERÀ partir de ce 19 novembre 2013 se jouera au Théâtre de Poche de Paris la pièce Qui es-tu Fritz Haber ? de Claude Cohen. Cette pièce, tirée du nuage vert, précédente publication de Claude Cohen (éditions Ovadia 2010), a été réadaptée et mise en scène par Xavier Lemaire, qui interprète également Fritz Haber sur scène. Très remarquée lors de sa présentation l’été dernier au off d’Avignon, la pièce se concentre sur les derniers dialogues imaginaires du couple, en 1915, en abordant divers thèmes, qui vont de la libido sciendi augustinienne, en passant par la guerre ou encore le machisme.

 

Présentation de la pièce par la Cie :

L’ultime confrontation du couple de chimistes allemands Clara et Fritz Haber en 1915 au soir de la première utilisation des gaz chlorés dans les tranchées de la guerre de 14-18 ! Clara ne peut accepter que l’armée allemande utilise dans les tranchées ce gaz mortel chloré que son mari vient d’inventer. Une violente dispute éclate entre les époux. Ils sont tous les deux juifs, chimistes et allemands. Cet échange met en lumière leurs multiples désaccords sur la religion, la science et la vie, jusqu’à la tragédie… Ce dialogue imaginé par l’auteur entre les deux personnages, qui ont réellement existé il y a cent ans, pose en filigrane des questions toujours d’actualité : Peut-on faire de la science une religion ? La science remet-elle en cause l’idée même de Dieu ? Qu’est-ce que la vérité scientifique ? Un scientifique peut-il s’affranchir de toute considération morale ? Le progrès scientifique est-il toujours un progrès pour l’humanité ?…  

 

f&c

Pascal Lebret et Nathalie Dewoitine en Fritz et Clara Haber

dans une représentation du Nuage vert.

 

 

QUI ES-TU FRITZ HABER ?

D’après Le Nuage vert

De Claude Cohen

Mise en scène Xavier Lemaire

Avec

Isabelle Andréani

Xavier Lemaire

Décors, Caroline Mexme

Costumes, Rick Dijkman

Scénographie, lumières, Stéphane Baquet

Musique, Régis Delbroucq

Durée : 1h15

Production Famprod et coréalisation Théâtre de Poche-Montparnasse

Du 19 novembre 2013 au 5 janvier 2014

Représentations du mardi au samedi à 21h et le dimanche à 17h

Relâches les 25 décembre et 1er janvier

Prix des places : 10 € à 24 €

Renseignements et réservations au guichet du Théâtre

Lundi, mardi, jeudi et vendredi de 14h à 18h

Mercredi, samedi et dimanche de 11h à 18h

01 45 44 50 21

www.theatredepoche-montparnasse.com

Facebook, PocheMontparnasse

Twitter, @PocheMparnasse

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 10:07

Après bien des pourparlers, l’Allemagne s’est enfin décidée à reconstruire son Château de Berlin. La première pierre a été posée ce 12 juin 2013. L’affaire coûtera 590 millions d’euros. Pour ce prix, la reconstruction sera bien entendu partielle : elle ne comprendra que trois quarts des façades.

PalaisBerlin2013.jpgDeux représentations récentes du Château de Berlin.

 

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 11:05

Yersin-Haber.jpg

Lorsque le festival Passa Porta de Bruxelles m’a proposé un entretien croisé avec le Prix Fémina 2012, je me suis empressé de dire oui. De mémoire, je n’avais aucune idée de qui pouvait bien être ce Prix Fémina. Allez savoir pourquoi, je m’étais imaginé que cela devait certainement être une grande, belle et élégante blonde. C’est du moins ce que le mot Femina m’inspire généralement tôt le matin. Mais en fait non. Le Prix Fémina 2012, c’est l’écrivain Patrick Deville qui se l’est vu décerné pour son roman Peste & Choléra.

Il s’agit d’une biographie documentée et souvent amusée d’Alexandre Yersin. Le récit, porté par un style et un ton brillants, aborde dans un souffle exotique et romanesque la vie quasi exemplaire de l’humble pastorien a qui l’on doit l’éradication de la peste. En somme, Yersin s’oppose parfaitement à Fritz Haber. Tout comme mon travail de bande dessinée s’oppose à celui de Deville. Je suppose que c’est justement pour ces raisons que l’on a songé à nous réunir ce dimanche 24 mars à la Bellone de Bruxelles à 15h. Il s’agira d’un « dialogue sur les relations entre fiction, réalité et imaginaire, et les contraintes et libertés de nos écritures ».

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 12:53

The-last-gasp.jpg 

 

Ce mercredi 2 novembre sur Arte, sera diffusé à 20h40 « Bas du formulaireUn espion au cœur de la chimie nazie - Zyklon B, les Américains savaient-ils ? », un documentaire de Scott Christianson sur l’histoire du gaz Zyklon B, sombre découverte pour laquelle Fritz Haber fut impliqué.  Christianson est un journaliste américain qui a déjà publié une enquête sur les liens entre les équipes de Haber, l’IG Farben et l’Etat du Nevada, en 1924, lorsque les Américains cherchaient à mettre en place leur première chambre à gaz destinée aux exécutions de leurs condamnés à mort.   

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 09:57

BIP Place Royale low

 

Après Angoulême et Paris, l’exposition collective Génération Spontanée ? sera présentée à Bruxelles,  dès le 10 septembre, dans le très chic Hôtel de Lalaing de la Place Royale (affreusement rebaptisé BIP, pour faire plus franco-flamand). Le vernissage aura lieu le samedi 10 septembre dans le cadre du week-end de la BD organisé par la Région Bruxelloise.L’exposition sera visible durant un mois. 

 

Parallèlement, le même week-end, sera présentée dans l’ancien cinéma Romandie de Lausanne, une importante expo « Fritz Haber/Vandermeulen », cela dans le cadre du festival BD-FIL.

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 10:42

Jusqu’à présent, je n’étais pas totalement convaincu par cette idée qui suggère qu’il est important pour un biographe de se rendre sur les lieux de son sujet. Probablement que cette question ne m’a jamais obsédé parce que je ne me suis jamais véritablement considéré comme un biographe officiel. Par contre, un projet qui depuis le début de mon travail m’a toujours accompagné, c’est celui de me rendre sur les lieux marquants de la vie de Fritz Haber, non pas dans l’espoir d’y trouver de nouveaux éléments biographiques, mais plutôt et surtout dans le but de saisir quelle pourrait être la réception actuelle de la figure historique de Haber. C’est ainsi que je me suis toujours dit que j’irai un jour à Breslau, la ville natale de Fritz et Clara Haber ; à Berlin, ville où Haber est devenu un scientifique d’ampleur internationale ; et enfin à Rehovot, en Israël, lieu qui accueille le fonds de la bibliothèque Haber, sur le vœu de Haïm Weizmann. Ce périple, je viens de le réaliser récemment, grâce à la réalisatrice Nathalie Marcault qui m’a accompagné avec son équipe sur cette enquête. Je dis accompagné, mais je dois surtout préciser qu’elle a tout organisé, de la logistique à la prise de contacts avec les différents intervenants que j’ai pu rencontrer dans ces différentes villes. Le résultat de ces journées de tournage se concrétisera dans un documentaire de création de 52 minutes, titré « David & Fritz ». Ce film, pour lequel j’ai accepté toutes les règles du jeu, s’immiscera pendant près d’une heure sur les liens particulièrement intimes qui m’unissent avec Fritz Haber, liens dont je n’ai jamais fait très grand cas jusqu’à présent. Actuellement en phase de montage, le film sera présenté en avant-première à Rennes, en novembre 2011.

2011-07-12_100619-copie-1.jpg

Equipe de tournage devant le désert de Judée.

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article
10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 16:31

En attendant septembre 2011 et l’importante exposition Fritz Haber à Lausanne que mènent de front Eric Gasser (directeur technique) et Jean-Marie Derscheid (commissaire d’exposition), on pourra apprécier d’ici là, une petite cinquantaine d’originaux à Paris, de juillet à fin août, au centre Wallonie-Bruxelles, juste en face du Centre Pompidou. Il s’agit d’une exposition collective baptisée « Génération spontanée », déjà présentée en janvier 2011 au festival d’Angoulême. Cette expo, très bien conçue par Thierry Bellefroid et l’incontournable Jean-Marie Derscheid (qui s’attaque également au commissariat de la grande rétrospective d’Art Spiegelman au prochain festival d’Angoulême), s’est donnée comme pari de présenter la « nouvelle scène de la bande dessinée belge francophone ». Cette expo met en lumière les travaux d’auteurs tels que Vincent Fortemps, Dominique Goblet, Eric Lambé, William Henne, Aurélie William Levaux ou encore cette coquinette de Judith Forest. Autant d’auteurs, de projets, que l’on a souvent décrit comme étant à la marge de la bande dessinée. Une appréciation pas forcément idiote, même si, pour mon propre cas, je ne me suis jamais senti à la marge de quoique ce soit.

Génération Spontanée ? du 16/06 au 28/08/2011 au Centre Wallonie-Bruxelles Expositions, 127-129 rue Saint-Martin - 75004 Paris. Tél. : 01 53 01 96 96

061.jpg

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 10:47

DSC01137.jpg

DSC01149.jpg

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 18:23

029b.jpg

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 11:52

Ce mercredi 5 mai 2010, de 17h à 19h, au Palais des Académies, rue Ducale 1, à Bruxelles, on parlera, dans un cours donné par M. H. Roland, chercheur au FNRS, des ruptures et des continuités dans les échanges littéraires et intellectuels belgo-allemands de 1870 à 1945. Le cours évoquera, comme exemple actuel, le projet Fritz Haber. Entrée libre et gratuite.

 

PalaisdesAcademies1349.jpg

Le Palais des Académies de Bruxelles

 

Le Collège Belgique, mis en place en janvier 2009 à l’initiative de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, organise des cycles de cours-conférences de haut niveau, adressés à un large public éclairé, entre autres et en priorité aux doctorants. Les enseignements, sélectionnés parmi de nombreuses propositions, portent sur des sujets peu explorés, aux confins de différentes disciplines, et peu ou pas traités par le programme des universités et écoles doctorales. L’accès aux conférences est gratuit et sans inscription ; il donne droit à des crédits pour les doctorants.

Le cours-conférence s’attellera à la présentation des formes diverses du dialogue intellectuel et de la médiation culturelle entre la Belgique et l’Allemagne, depuis les dernières décennies du XIXe siècle, et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. La période des occupations en Belgique et leur abondante historiographie a aujourd’hui fait oublier que, depuis la fondation d’un État indépendant en 1830, l’Allemagne n’était pas pour la Belgique un voisin comme les autres. Pour des raisons en partie liées à la construction identitaire de la nation belge, nombreux furent les artistes et intellectuels belges à oeuvrer à une assimilation originale de la culture allemande. Ce mouvement confortait d’ailleurs les sphères économiques et politiques dans la volonté de relations équilibrées de l’État neutre avec ses deux grands voisins. L’Allemagne faisait ainsi office de contrepoids par rapport à la forte influence française.

On esquissera cette constellation belgo-allemande (d’ailleurs marquée du sceau de la réciprocité) et ses acteurs dans leur globalité, en mettant nécessairement en évidence la cassure de 1914, qui fit basculer brutalement le rapport à l’Allemagne de l’idéalisation au discrédit total. Toutefois, nous soulignerons également la continuité des échanges intellectuels, en dépit des bouleversements des guerres et des occupations. Dans les deux pays, certains médiateurs continueront à vouloir marquer l’intégration des deux cultures voisines au sein de l’espace européen, soit dans un mouvement d’opposition à la politique impérialiste allemande, soit dans un travail foncièrement ambivalent qui ne contredit pas celle-ci.


COLLÈGE BELGIQUE
Belgique-Allemagne : dialogue intellectuel et médiation culturelle 1870-1945
Sous la coordination de Hubert Roland
Sous la responsabilité académique de Michel Dumoulin
Avec la collaboration de Christina Kott

PROGRAMME DES LEÇONS
> Historiographie et transferts par Michel Dumoulin
Le jeudi 29 avril 2010 de 17 à 19 heures

> Les échanges littéraires et intellectuels : ruptures et continuités par Hubert Roland
Le mercredi 5 mai 2010 de 17 à 19 heures

> La « protection » du patrimoine artistique en temps de guerre par Christina Kott
Le jeudi 6 mai 2010 de 17 à 19 heures

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article