Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 11:52

Ce mercredi 5 mai 2010, de 17h à 19h, au Palais des Académies, rue Ducale 1, à Bruxelles, on parlera, dans un cours donné par M. H. Roland, chercheur au FNRS, des ruptures et des continuités dans les échanges littéraires et intellectuels belgo-allemands de 1870 à 1945. Le cours évoquera, comme exemple actuel, le projet Fritz Haber. Entrée libre et gratuite.

 

PalaisdesAcademies1349.jpg

Le Palais des Académies de Bruxelles

 

Le Collège Belgique, mis en place en janvier 2009 à l’initiative de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, organise des cycles de cours-conférences de haut niveau, adressés à un large public éclairé, entre autres et en priorité aux doctorants. Les enseignements, sélectionnés parmi de nombreuses propositions, portent sur des sujets peu explorés, aux confins de différentes disciplines, et peu ou pas traités par le programme des universités et écoles doctorales. L’accès aux conférences est gratuit et sans inscription ; il donne droit à des crédits pour les doctorants.

Le cours-conférence s’attellera à la présentation des formes diverses du dialogue intellectuel et de la médiation culturelle entre la Belgique et l’Allemagne, depuis les dernières décennies du XIXe siècle, et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. La période des occupations en Belgique et leur abondante historiographie a aujourd’hui fait oublier que, depuis la fondation d’un État indépendant en 1830, l’Allemagne n’était pas pour la Belgique un voisin comme les autres. Pour des raisons en partie liées à la construction identitaire de la nation belge, nombreux furent les artistes et intellectuels belges à oeuvrer à une assimilation originale de la culture allemande. Ce mouvement confortait d’ailleurs les sphères économiques et politiques dans la volonté de relations équilibrées de l’État neutre avec ses deux grands voisins. L’Allemagne faisait ainsi office de contrepoids par rapport à la forte influence française.

On esquissera cette constellation belgo-allemande (d’ailleurs marquée du sceau de la réciprocité) et ses acteurs dans leur globalité, en mettant nécessairement en évidence la cassure de 1914, qui fit basculer brutalement le rapport à l’Allemagne de l’idéalisation au discrédit total. Toutefois, nous soulignerons également la continuité des échanges intellectuels, en dépit des bouleversements des guerres et des occupations. Dans les deux pays, certains médiateurs continueront à vouloir marquer l’intégration des deux cultures voisines au sein de l’espace européen, soit dans un mouvement d’opposition à la politique impérialiste allemande, soit dans un travail foncièrement ambivalent qui ne contredit pas celle-ci.


COLLÈGE BELGIQUE
Belgique-Allemagne : dialogue intellectuel et médiation culturelle 1870-1945
Sous la coordination de Hubert Roland
Sous la responsabilité académique de Michel Dumoulin
Avec la collaboration de Christina Kott

PROGRAMME DES LEÇONS
> Historiographie et transferts par Michel Dumoulin
Le jeudi 29 avril 2010 de 17 à 19 heures

> Les échanges littéraires et intellectuels : ruptures et continuités par Hubert Roland
Le mercredi 5 mai 2010 de 17 à 19 heures

> La « protection » du patrimoine artistique en temps de guerre par Christina Kott
Le jeudi 6 mai 2010 de 17 à 19 heures

Partager cet article

Repost 0
Published by David Vandermeulen - dans Actualité
commenter cet article

commentaires